Le Comité de citoyens de la zone sud de Malartic participe à un dîner-conférence du ministre David Heurtel à Val d’Or

Communiqué

 

Val d’Or, 31 octobre 2016. Le Comité de citoyens de la zone sud de Malartic participe aujourd’hui à un dîner-conférence en présence du ministre David Heurtel, à l’Hôtel Forestel de Val d’Or. Pour l’occasion, des représentants du Comité de citoyens seront sur place pour sensibiliser le ministre aux problèmes de voisinage que des centaines de citoyens de Malartic vivent toujours en lien avec les impacts de la mine à ciel ouvert Canadian Malartic—la plus grande au Canada en milieu urbain. Les citoyens lui remettront notamment une lettre en main propre, à lui ou son entourage politique, insistant sur l’urgence de suivre les récents avis du BAPE avant de considérer autoriser l’agrandissement de la mine.

 

Quand : 31 octobre 2016, après le dîner-conférence, vers 13h15

Où : Hall d’entrée de l’Hôtel Forestel

Qui : Comité de citoyens de la zone sud de la voie ferrée de Malartic

Quoi : Réaction à l’allocution du ministre David Heurtel et remise d’une lettre au ministre insistant sur l’urgence de suivre les avis du BAPE avant d’autoriser tout agrandissement de la mine Canadian Malartic

 

Le Comité de citoyens insiste notamment sur les avis 7.3.2, 7.3.3 et 7.5.2 du rapport du BAPE, qui prévoient :

 

·       qu’un « médiateur neutre » soit nommé « en ce qui a trait aux montants des compensations pour les inconvénients passés et futurs de la mine et de son projet d’agrandissement, et ce, avant une éventuelle autorisation du projet »;

 

·       qu’une « offre de rachat [de résidence] devrait permettre l’acquisition d’une propriété comparable dans la MRC », et ce, « étant donné que la valeur de ces propriétés [à proximité de la mine] est moins élevée que celle au nord de la ville ainsi que dans d’autres villes de la MRC de La Vallée-de-l’Or ». Le BAPE ajoute : « Il s’agit d’une condition essentielle à la cohabitation harmonieuse et à l’acceptabilité sociale du projet d’agrandissement de la mine. Les propriétaires non-résidents ainsi que les propriétaires de commerces devraient également pouvoir bénéficier d’une offre dans le cadre du programme d’acquisition ». 

 

·       Que le ministère insère dans ses règlements, pour l’avenir, « des distances séparatrices [ou zones tampons] entre les activités minières, en particulier pour les mines à ciel ouvert, et les usages sensibles comme les habitations », et ce, « afin d’éviter que ne se reproduisent des problèmes de cohabitation comme ceux vécus à Malartic ».

 

Citations :

 

« Nous sommes pour le développement économique de notre communauté. Mais il n’est pas normal, ni raisonnable, que la minière Canadian Malartic soit à la fois juge et partie dans la détermination des compensations offertes aux citoyens pour les impacts qu’elle occasionne elle-même sur les citoyens » –Guy Morissette, membre du Comité de citoyens et résident de Malartic

 

« Nous demandons à rencontrer le ministre David Heurtel afin de le sensibiliser à la réalité des impacts que nous vivons. Nous lui demandons de suivre les récents avis du BAPE avant même de considérer autoriser l’agrandissement de la mine » — Pierre Laliberté, membre du Comité de citoyens et résident de Malartic

 

« Moi, comme plusieurs autres, sommes des propriétaires de résidences commerciales dans la zone sud de Malartic. Nous sommes actuellement totalement exclus du programme de rachat et de relocalisation offert par la minière. Nous sommes en quelque sorte pris au piège, en otage, alors que nos familles veulent pouvoir quitter cette zone sans devoir s’appauvrir ou s’endetter de plusieurs dizaines de milliers de dollars » — Priscille Trudel, membre du Comité de citoyens et propriétaire d’une résidence commerciale à Malartic

 

Rappelons que le Comité de citoyens de la zone sud de la voie ferrée de Malartic représente un secteur de la ville regroupant quelque 700 maisons, logements et commerces, tous situés à l’intérieur d’une distance de 800m de la mine. Les membres et proches sympathisants du Comité incluent jusqu’à 300 citoyens, familles, propriétaires, locataires et commerçants. Bien que non majoritaires à Malartic, nous sommes parmi les plus durement touchés et craignons les impacts à venir avec l’agrandissement de la mine. Nous avons lancé en août 2016 un recours collectif et une demande en injonction à la Cour supérieure du Québec afin de mieux protéger nos droits. Nous souhaitons un règlement à l’amiable sous l’égide d’un médiateur ou d’un arbitre indépendant. Nous demandons également que les lois et les normes soient respectées en tout temps et appliquées à la lettre.

 

-30-

 

Pour information :

– Guy Morissette, membre du Comité citoyens de la zone sud de Malartic, 819-757-4581

– Lettre envoyée au ministre : https://comitecitoyenmalartic.files.wordpress.com/2016/10/2016-10-28-lettreministreheurtel.pdf

– Ligne juridique gratuite et site Internet: 1-866-855-5832  www.comitecitoyenmalartic.org

Publicités