Très bon reportage de Radio-Canada sur la situation à Malartic : Quand est-ce que la minière et le gouvernement poseront les gestes nécessaires pour répondre aux besoins des citoyens?

 

Excellent reportage de l’émission « Désautels le dimanche » diffusé le 18  décembre 2016  sur les ondes de Radio-Canada, à écouter : http://ici.radio-canada.ca/emissions/desautels_le_dimanche/2015-2016/archives.asp?date=2016%2F12%2F18&indTime=167&idmedia=7650850

Le reportage est clair : oui, il y a des retombées économique de la mine Canadian Malartic, mais oui, il y a aussi de graves problèmes de déchirement sociale et d’impacts sur la santé et la qualité de vie de plusieurs centaines de familles. Y a-t-il des solutions pour résoudre les problèmes actuelles? Oui, nous dit aussi le reportage :

  • Il faut que la minière bonifie son offre aux citoyens qui veulent quitter la zone sud en offrant la « valeur de remplacement » (et non la simple « valeur marchande ») afin que les gens puissent se reloger dans une maison de taille semblable ailleurs en région sans s’endetter — c’est l’une de nos principales demandes depuis des mois; c’est aussi une recommandation claire du BAPE.

 

  • Il faut que le gouvernement change ses règlements afin d’exiger, désormais, des zones tampons pour les mines à ciel ouvert en milieu habité, comme cela existe pour d’autres industries (500m pour les sites de compostage, jusqu’à 900m pour des sites de lisiers de porc, plus de 1500m pour des éoliennes dans certaines municipalités, etc.).

 

  • L’acceptabilité sociale doit être une question de respect des droits des personnes affectées, même si minoritaire, et non une question de « majorité » contre une minorité. C’est d’ailleurs ce qu’ont affirmé ces dernières semaines les ministres Pierre Arcand et David Heurtel à plus d’une reprise, de même que la motion adoptée unanimement à l’Assemblée nationale du Québec le 22 novembre 2016.

Faudra voir maintenant si le gouvernement mettra en pratique les principes qu’il défend. Nous le souhaitons vivement.

Faudra voir également si la minière Canadian Malartic, de même que ses propriétaires Agnico Eagle et Yamana Gold, entendront raison cette foi, ou non. Continueront-ils de vouloir contester les citoyens qui tentent simplement de défendre leurs droits? Les citoyens souhaitent une solution par médiation, par arbitrage ou par une décision d’un juge indépendant, et non par la minière, qui est à la fois juge et partie ici.

Pour autres informations récentes, voir:

Le Comité de la zone sud garde le cap sur la défense des droits citoyens et presse le gouvernement d’agir

Valeur des maisons à proximité de la mine Canadian Malartic : une nouvelle étude confirme un écart de 41 000$ à 70 000$ avec les municipalités voisines

Motion unanime adoptée à l’assemblée nationale en appui aux demandes du Comité citoyens de la zone sud de Malartic

Développement positif: Le Comité de citoyens apprécie l’ouverture du ministre David Heurtel

 

Publicités